volcan et puys
Le Puy de Bataillouse
24/11/2015

 

Le Puy de Bataillouse

Le puy Bataillouse est un sommet culminant à 1 683 mètres d'altitude. Il constitue le point de rencontre et de séparation des cirques glaciaires des vallées de l'Alagnon (commune de Laveissière), de la Santoire (commune de Lavigerie) et de la Jordanne (commune de Mandailles Saint Julien).

Il est formé d'un empilement de coulées trachyandésiques, témoins des phases d'activité très violentes qu'a connues le stratovolcan entre 8,5 et 6,5 Ma.

Du haut de ses 1 683 mètres d'altitude, il domine :

  • à l'est : le Téton de Vénus et le Bec de l'Aigle ;
  • au sud-est : le cirque glaciaire de Font d'Alagnon où l'Alagnon prend sa source et la forêt du Lioran ;
  • au sud : le col de Rombière ;
  • à l'ouest : le cirque glaciaire de la vallée de la Jordanne ;
  • au nord : le col de Cabre et le cirque glaciaire de la vallée de la Santoire.

L'évolution distale des brèches trachyandésitiques primaires : le complexe du Puy Bataillouse

Les hautes vallées de la Santoire, de l'Impradine et des Petites Rhues montrent l'évolution longitudinale de ces brèches en dépôts de lahars. En amont, l'intercalation régulière de coulées trachyandésitiques épaisses (< 20 m) dans la formation bréchique permet de caractériser la proximité des zones d'alimentation. Environ 6 km en aval, il n'existe presque plus de coulées interstratifiées, et seules quelques coulées trachyandésitiques viennent reposer au toit de l'ensemble laharique. Par ailleurs, une stratification des dépôts apparaît progressivement vers l'aval. Les bancs sont marqués par des granoclassements normaux et inverses et par des paléochenaux ravinants, remplis de matériel plus grossier et plus anguleux. La composante matricielle augmente d'amont (30 %) en aval (70-80 %), et la taille des blocs diminue : à l'amont ceux-ci dépassent rarement le mètre, et, à l'aval, ils excèdent rarement 50 cm pour une moyenne autour de 10 cm.

Enfin, à l'aval, apparaissent des intercalations de lentilles sablo-graveleuses de type fluviatile. G. Fréour (1998) a mis en évidence plusieurs complexes bréchiques de ce type :

  • complexe bréchique du Puy Bataillouse, au Nord, dont les dépôts vont de la vallée du Mars à l'Alagnon ;
  • complexe bréchique du Chavaroche, à l'Ouest ;
  • complexe bréchique du Suc de la Blatte, au Nord du Puy Mary.