Laveissière
6 °C , Ensoleillé
Vent:
Humidité: 87%
  • Auj
    -1/7 °C
  • Dim
    2/11 °C
  • Lun
    -1/6 °C
  • Mar
    -1/3 °C
laveissiere-fr.net15.eu

Route royale 126

26/06/2022

Le département du Cantal au XIXe siècle
Au XIXe siècle, l'ouest et l'est du département ne sont reliés que par la route royale n° 126 entre Montauban et Saint-Flour, construite en 1789. Celle-ci était censée remplacer l'ancienne voie romaine, la via Celtica, qui traversait les monts du Cantal par le col de la Tombe du Père au pied du Plomb du Cantal.

Autrefois, cette route était redoutée en hiver car recouverte d’une épaisse couche de neige et exposée à des vents violents, ce qui rend cet itinéraire impraticable plusieurs mois dans l’année. Balayée par le vent du nord, enfouie sous 4 à 5 mètres de neige durant les mois d’hiver, elle était alors impraticable, malgré les nombreuses tentatives de déblaiement.

Chasse neige déblayant la route au Lioran

La route royale, essentiellement fréquentée par les troupes royales, franchit le col de Font-de-Cère (1 296 m), itinéraire souvent impraticable d'octobre à mai à cause de la neige. Infranchissable en hiver, il ne l'était pas moins en été, mais pour d'autres raisons comme le brigandage excessif, les loups s'attaquant aux passant et la forêt du Lioran alimentant les peurs.

Le fréquenter était donc très dangereux comme le témoignaient de nombreuses croix en bois et en fer le long de la route en souvenirs de personnes agressées par les brigands ou les loups, ou bien surprises par les rigueurs de l'hiver.

Par conséquent, la route est délaissée des voyageurs préférant réutiliser l'ancienne voie romaine de la via Celtica.

Histoire de brigandage à Fraisse-Haut 

« En 1800, quelques hommes avaient cru l'époque favorable pour un mouvement politique. Afin de se procurer des fonds, ils tentèrent, à plusieurs reprises, d'enlever la recette générale.

Une de ces tentatives eut lieu notamment près du village de Fraysse-Haut, à l'entrée de la forêt du Lioran.

Quatre jeunes gens bien armés, étrangers en partie au pays, assaillirent la voiture qui portait le versement des receveurs, firent feu sur les deux gendarmes qui l'escortaient, et tuèrent un de ses militaires.

La nouvelle s'en répandit promptement dans Murat ; la jeunesse disponible de la ville fut mise en réquisition et lancée à la poursuite des délinquants. La forêt du Lioran, alors intacte, pouvait favoriser leur évasion ; mais ils eurent l'imprudence de faire halte au sommet d'une colline d'où ils furent facilement aperçus par ceux qui les cherchaient.

Après une fusillade assez longue, qui heureusement ne fit aucune nouvelle victime, ils furent arrêtés, conduits au travers de la population réunie sur leur passage dans les prisons de Murat, et de là transférés à Lyon où ils subirent leur jugement. Les fonds enlevés furent réintégrés à la caisse.  »

En 1843, il est donc décidé de mettre fin à cet isolement  avec la construction du tout premier tunnel routier de France (en service jusqu’en 2007).

Puis vient l’arrivée du tourisme en 1868 avec la construction du tunnel ferroviaire et la gare du Lioran.

Projet d'un pont
à construire sur le ruisseau de la Pierre Taillade

RETOUR