Milieux naturels et espaces protégés

 Milieux naturels et espaces protégés

 

 

 

 

 

Le stratovolcan du Cantal
Vallée glaciaire de Laveissière
La forêt de Belles-Aïgues
Biodiversité des estives

Grâce à sa situation au centre du volcan du Cantal, lui valant d'être membre du Parc Naturel Régional des Volcans d'Auvergne (PNRVA), la commune de LAVEISSIERE présente un patrimoine naturel riche en biodiversité.

Ses secteurs d'altitude, appelés estives, où se situent de nombreux sommets présentent un intérêt floristique important et hébergent de nombreuses espèces rares. Cette caractéristique, typique des monts du Cantal et dont le pastoralisme permet le maintien, lui vaut de faire partie de la zone Natura 2000 du Massif cantalien.

Sur les contreforts de ces montagnes se trouvent de nombreuses forêts qui font l'image identitaire du Valagnon. La surface forestière de la commune est de plus de 1450 hectares soit 42 % du territoire, la plus importante du Cantal. Pour la conservation et l'étude de certaines espèces remarquables, une Réserve Biologique Intégrale (RBI) a été créée. La RBI de Chamalières / Peyre-Ourse couvre 205 hectares et y interdit toute activité sylvicole, de chasse et de pastoralisme.

Les milieux écologiques rencontrés sur la commune

La commune de Laveissière possède une occupation des sols typique zone de moyenne montagne, composée principalement d’une alternance de prairies, de boisements et de landes.

Les prairies :

Les prairies sont très présentes, notamment à l’est du territoire communal. Ces prairies sont utilisées pour la production fourragère et comme pâturage pour l’élevage bovin (race Salers).

En fond de vallée, et plus particulièrement en bordure de l’Alagnon, ces prairies présentent un caractère humide. Elles sont très souvent entourées par des haies bocagères composées d’essences variées, comme le Frênes, le Saule, ou le Sorbiers.

On peut noter aussi que certaines parcelles de prairies sont en cours de fermeture faute d’un pâturage suffisant. Dans ces prairies, on observe une prolifération de la Fougère aigle, de la Ronce, ou du Genêt. Ces prairies évolueront vers des milieux de type lande.

Prairie paturée

Prairie en cours de fermeture

Les boisements :

Sur commune de Laveissière les boisements sont très présents car ils couvrent environ 42 % du territoire communal.

Différents types de boisements sont présents, il s’agit principalement de bois et de forêts composés de résineux (Sapin pectiné, Epicéa) parfois mélangé avec des Hêtres.

Au dessus des lieux-dits de « la Bourgeade » et de « Fraisse-Haut » le sous-sol est principalement formé d’anciens éboulis, les boisements dans ces secteurs ont de type fourré composés principalement par des Noisetiers.

Les milieux rupestres et éboulis :

Ces milieux sont assez présents dans le paysage de la commune de Laveissière notamment au niveau des sommets, des crêtes rocheuses, et des éboulis. De nombreux groupes biologiques tant végétaux, qu’animaux ont colonisé ce type de milieux, poussant dans des conditions de vie particulières et originales.

Les milieux rocheux sont dans leur grande majorité difficilement accessibles à l’homme et ont ainsi été largement préservées au cours des siècles de certaines perturbations comme le défrichage ou le pâturage. Cette tranquillité et cet isolement font que les falaises constituent souvent les derniers refuges pour certaines espèces disparues d’autres habitats plus accessibles et plus perturbés.

Les falaises sont des milieux souvent peu hospitaliers pour les espèces qui y vivent, ombre permanente ou forte insolation selon l’orientation de la paroi, absence de sol, pas de réserve d’eau.

Les falaises sont souvent percées de petites cavités, qui peuvent être utilisée par plusieurs espèces de rapaces comme site de nidification, par exemple Faucon pèlerin Falco peregrinus et le Hibou grand-duc Bubo bubo.

Ces cavités peuvent aussi être utilisées par les Chauves-souris en hiver lorsqu’elles sont en hibernation.

Parmi les espèces végétales présentes dans les falaises et les éboulis, on peut trouver l’Androsace rosée Androsace halleri, la Lunetière d’Auvergne Biscutella arvernensis, Silène des rochers Silene rupestris.

Peyre Arse

 

Bec de l'Aigle

Puy de Seycheuse

Les landes :

Les zones de landes sont surtout présentes à proximité des sommets, les plus répandues sont les landes acidiphiles à myrtille (Vaccinium myrtillus, Vaccinium uliginosum) associée à la Callune Calluna vulgaris. Le second type de lande présent sur la commune est la lande montagnarde à myrtilles et à Genêt purgatif Cytisus purgans. Cet habitat colonise les pentes rocheuses thermophiles en raison de l’abandon du pâturage.

Les menaces qui pèses sur cet habitat sont notamment l’écobuage et l’abandon du pâturage extensif.

Plus bas dans la vallée, certaines prairie sont colonisées par le Genêt purgatif et se transforme progressivement en lande. Ce phénomène est indicateur d’une certaine déprise agricole sur la commune.

Les pelouses sub-alpines :

Deux types de pelouses sub-alpines ont été identifiés sur la commune de Laveissière, il s’agit de la nardaie sub-alpine dont l’espèce dominante est le Nard raide Nardus stricta et la pelouse à Fétuque paniculée Festuca paniculata (uniquement dans le secteur du Rocher du Bec de l’Aigle). Ces pelouses servant d’estives pour le bétail, sont menacées par la diminution du pâturage qui conduit à une progression des landes, à l’inverse, une intensification des pratiques agricoles est aussi néfaste pour ces milieux.

Bec de l'Aigle

Ruisseau de la Pierre Taillade

 

Gorges de l'Alagnon

Les zones humides :

Les zones humides sont des espaces de transition entre la terre et l’eau. Elles sont habituellement gorgées d’eau ou inondées de façon permanentes ou temporaire. Elles sont caractérisées par une végétation dominance hygrophile, et une morphologie des sols typiquement liée à la présence continue d’eau d’origine naturelle. Elles sont aussi des réservoirs d'une grande biodiversité.

Sur la commune de Laveissière, différents types de zones humides ont été inventoriées :

  • Les cours d’eau
  • Les sources
  • Les prairies humides : elles sont généralement utilisées comme pâture et pour la production fourragère.
  • Les boisements humides : ce terme regroupe les boisements et les haies (ripisylves) bordant les cours d’eau
  • Les mégaphorbiaies : il s’agit de zones de végétation dense, composée de plantes herbacées vivaces de grande taille (1,5 m à 2 m de haut) pouvant périodiquement ou brièvement être inondée. Il s’agit généralement d’un milieu de transition entre une zone humide et une forêt humide. Les mégaphorbiaies se développent sur des sols riches à tendance tourbeuses.
  • Les bas-marais : sont liés à la présence d’une nappe affleurante. L’inondation n’y est généralement pas permanente et les couches superficielles du sol s’assèchent en période estivale, permettant ainsi la minéralisation d’une partie de la matière organique.
  • La végétation amphibie : végétation se développant dans le fond des cours d’eau temporairement exondés.

La Commune est intégrée dans de nombreux projets de protection et de sauvegarde dont :

 

 

  • 100% du térritoire de la commune dans le Parc Régional Naturel des Volcans d'Auvergne.
  • 6 Zones Naturelles d'Intérêt Écologique Floristique et Faunistique  de type 1 (ZNIEF T1).
  • 1 Zone Naturelle d'Intérêt Écologique Floristique et Faunistique de type 2 (ZNIEF T2).
  • 1 Zone Importante pour la Conservation des Oiseaux (ZICO).
  • 3 sites Natura 2000 dont 2 Zones Spéciales de Conservation (ZSC) et 1 Zone de Protection Spéciale (ZPS).
  • 1 site naturel classé (Fichier national des sites classés du Ministère de l'Écologie, du Développement durable et de l'Énergie).
  • 1 Réserve Biologique Intégrale (RBI).

 

 

6 Zones Naturelles d'Intérêt Écologique Floristique et Faunistique  de type 1 (ZNIEF T1)

Les ZNIEFF de type I : «  secteurs de superficie en général limitée, définis par la présence d'espèces, d'associations d'espèces ou de milieux rares, remarquables ou caractéristiques du patrimoine naturel national ou régional ».

Haute vallee de l'Alagnon

Montagnes Lac Glory et Caminal

ZNIEF Puy de Seycheuse

ZNIEF Puy Mary

ZNIEF Vallon de Viaguin 

Plomb du Cantal - Prat de Bouc

 

1 Zone Naturelle d'Intérêt Écologique Floristique et Faunistique de type 2 (ZNIEF T2)

 1 Zone Importante pour la Conservation des Oiseaux (ZICO)

Les ZNIEFF de type II : Grands ensembles naturels riches ou peu modifiés, ou offrant des potentialités biologiques importantes.

Les ZICO :Visent à assurer une protection de toutes les espèces d'Oiseaux vivant naturellement à l'état sauvage sur le territoire Européen.

ZNIEF Massif du Cantal

 

ZICO Monts Plomb du Cantal

3 sites Natura 2000 dont

  • 2 Zones Spéciales de Conservation (ZSC).
  • 1 Zone de Protection Spéciale (ZPS).         
  • Les Zones de Protection Spéciale (ZPS) instaurées par la directive « Oiseau » en 2000 (79/409/CEE) ont pour objectif d’assurer un bon état de conservation des espèces d’oiseaux menacées, vulnérables ou rares.

    Les zones de protection spéciale (ZPS) sont des sites  particulièrement appropriés à la survie et à la reproduction d'espèces d'oiseaux sauvages figurant sur une liste arrêtée par le ministre chargé de l'environnement ou qui servent d'aires de reproduction, de mue, d'hivernage ou de zones de relais à des espèces d'oiseaux migrateurs.

  • Les Zones Spéciales de Conservation (ZSC) instaurées par la directive « Habitats » en 1992 (92/43/CEE) ont pour objectif la conservation de sites écologiques présentant soit des habitats naturels ou semi-naturels d’intérêt communautaire, de par leur rareté, ou le rôle écologique primordial qu'ils jouent (annexe I de la directive Habitats), soit des espèces de faune et de flore d'intérêt communautaire, là aussi pour leur rareté, leur valeur symbolique, le rôle essentiel qu'ils tiennent dans l'écosystème (annexe II de la directive Habitats).

 

 

Lacs rivieres à loutre

 

Massif cantalien Est - Ouest

 

Monts et Plomb du Cantal

 

 

1 site naturel classé

(Fichier national des sites classés du Ministère de l'Écologie, du Développement durable et de l'Énergie)

Site classé « Massif cantalien »

Le classement est le moyen d’assurer avec le plus de rigueur la protection des sites naturels de grande qualité.

La commune de Laveissiere est intégrée dans le Parc Naturel Régional des Volcans d’Auvergne. Depuis la loi du 8 janvier 1993 sur la protection et la mise en valeur des paysages, les documents d’urbanisme doivent être compatibles avec les orientations contenues dans la charte des parcs naturels régionaux.

Concernant la commune de Laveissière, les espaces forestiers et les zones d’altitudes présentes au sud du territoire communal (carte ci-dessous) devront être préservés, étant en effet inscrits comme particulièrement sensibles.

Naturellement, il en est de même pour les espaces compris dans le site classé des Monts du Cantal, dont le périmètre est rappelé dans la charte du PNR.

Milieux naturels sensibles

La commune de Laveissière accueille une multitude de milieux différents, ce qui lui confère une richesse écologique très intéressante.

Bien que les prairies et les boisements soient dominants sur la commune, d'autres milieux, comme les landes et les pelouses d'altitude, les zones humides ou les zones rocheuses, contribuent à l'augmentation de la biodiversité communale.

Les estives sont des milieux façonnés par la main de l'homme, ils abritent souvent des espèces végétales originales bien adaptées aux conditions climatiques rudes de ces milieux.

Zones humides

 

La principale menace pesant sur ces milieux est la déprise agricole, qui a pour effet d'engendrer une fermeture des milieux. Cette remarque est aussi valable pour les pâturages situés plus bas dans la vallées.

La présence de haies, découpant les prairies et permettant aux boisements d'être "connectés" constitue un des atouts écologiques de Laveissière.

La présence de nombreux cours d'eau complète ainsi le réseau des corridors biologiques sur la commune.

Réseaux de haies de la commune de Laveissière

En résumé, la présence d'une mosaïque de milieux servant de réservoir de biodiversité, entrecoupé de haies et de rivières servant d'axes d'échanges sont les conditions optimales pour l'installation d'une biodiversité riche et stable dans le temps.

 

Principaux corridors écologiques

LES SOMMETS DU MASSIF CANTALIEN

Plomb du Cantal  1855 m

Puy du Rocher  1813 m

Puy Brunet 1806 m

Puy de Peyre Arse  I 1806 m

Puy Mary 1785 m

L'Arpon du Diable 1777 m

Puy de la Céde 1768 m

Puy de Peyre Arse II 1747 m

Puy Chavaroche  1739 m

Pic du Faucon 1726 m

Rocher de la sagne du Porc 1716 m

Puy de la tourte  1704 m

Rocher du Bec de L'Aigle 1700 m

Puy Griou  1690 m

La Chapeloune  1686 m

Puy Bataillouse  1683 m

Téton de Venus  1669 m

L' Aiguillon   1665 m

Roches de Vassivière 1658 m

Roche Taillade  1654 m

Puy de Seycheuse  1650 m

Puy de Grandval  1648 m

Rochers de Chamaliére 1641 m

Puy Gerbel 1640 m

Roc des Ombres  1633 m

Puy de Niermont (limon) 1620 m

Roc D' Hoziéres  1614 m

Peyre Ourse   1612 m

Suc Gros   1610 m

Rocher de L'Aygue  1599 m

Puy Gros  1594 m

Puy Violent  1592 m

Le Suc Rond 1580 m

L 'Elancéze   1571 m

Signal du Limon 1566 m

Suc de la Blatte  1562 m

Croix d'Imbiquerou 1545 m

Puy de la Belle-viste  1543 m

Puy de Guze   1535 m

Puy D'Orset   1525 m

Puy de Prat de Bouc  1524 m

Rocher de l 'est  1521 m

La Cumine 1516 m

Le Griounou 1514 m

La Bobe  1502 m

Puy de La Poche  1500 m

Puy de L'Usclade  1498 m

Puy Niermont  1493 m 

Courpou Sauvage 1487 m

Puech Bernis 1477 m

Rocher du Cerf  1464 m

Le puy de Bâne 1464 m

Puy Tario  1459 m

Puy de Bassierou  1444 m 

Puy de la Jambe 1436 m

Roc du chauve 1427 m