La flore sauvage des Monts du Cantal

 

 

 La flore sauvage des Monts du Cantal

 

 

 

 

 

Lis Martagon
Saxifrage de Lamotte
Scille lis jacinthe

Laveissière et plus généralement le massif du Cantal dans son ensemble sont particulièrement riches sur le plan floristique avec une des plus larges palettes de fleurs et plantes du Massif Central.

L’Auvergne abrite 2 162 plantes indigènes, assimilées indigènes ou bien naturalisées, et observées récemment. Il convient de rajouter à cet inventaire les plantes exotiques dont certaines posent problème en devenant invasives.

Parmi l’ensemble de ces plantes, 16% sont considérées comme exceptionnelles c’est à dire présentes dans moins de 5 carrés de l’atlas de la flore d’Auvergne publié par le Conservatoire Botanique National du Massif Central en 2006.

La flore que l’on y retrouve est boréale ou alpine, l’origine de leur colonisation de ce site datant des différents épisodes glaciaires dont le dernier date de 10 000 ans. Ces espèces sont adaptées aux climats très rudes qui leur ont permis de se maintenir jusqu’aux sommets du massif ; on ne les retrouve d’ailleurs généralement que dans les Alpes ou les Pyrénées.

Certaines espèces ont sur le site du Massif Cantalien leur unique station française voire même sont endémiques (unique site mondial) comme la Saxifrage de Lamotte (Saxifraga lamottei) ou d’autres espèces dont les seules populations françaises se trouvent en Auvergne comme le Pissenlit de Bessarabie (Taraxacum besarabicum), le Saxifrage à feuilles d’Épervière (Saxifraga hieraciifolia).

La commune compte également de vastes forêts de sapinières et de hêtraies qui ont conservé une flore multicolore et parfois rare comme la Doronic d’Autriche (Doronicum austriacum), la Scille Lis Jacinthe (Tractema lilio-hyacinthus) et le Lis Martagon (Lilium martagon).

Elle recèle quelques zones humides où l’on retrouvera notamment dans les tourbières une flore riche mais fragile : Droséra (Drosera rotundifolia) ,  Grassette (Pinguicula grandiflora),  Linaigrette (Eriophorum gracile), Adenostyle (Adenostyles alliariae), etc…

Ici plus qu’ailleurs, grâce à la variété des milieux naturels vous observerez la richesse du vivant et vous mesurerez l’importance d’un patrimoine exceptionnel, après en avoir pris conscience, puis connaissance.

La Commune est intégrée dans de nombreux projets de protection et de sauvegarde dont :

 

  • 100% du térritoire de la commune dans le Parc Régional Naturel des Volcans d'Auvergne.
  • 6 Zones Naturelles d'Intérêt Écologique Floristique et Faunistique  de type 1 (ZNIEF T1).
  • 1 Zone Naturelle d'Intérêt Écologique Floristique et Faunistique de type 2 (ZNIEF T2).
  • 1 Zone Importante pour la Conservation des Oiseaux (ZICO).
  • 3 sites Natura 2000 dont 2 Zones Spéciales de Conservation (ZSC) et 1 Zone de Protection Spéciale (ZPS).
  • 1 site naturel classé (Fichier national des sites classés du Ministère de l'Écologie, du Développement durable et de l'Énergie).
  • 1 Réserve Biologique Intégrale (RBI).

 

Respectez la flore naturelle

 Les fleurs sont fragiles, elles se fanent rapidement une fois cueillies, certaines sont protégées et se trouvent parmi des espèces plus communes…  Les observer sans les cueillir est indispensable pour maintenir la diversité floristique.

Votre responsabilité est engagée en cas de cueillette des plantes protégées à l’échelon national ou régional : de nombreuses orchidées, certains Lys, mousses, anémones, etc.

Ces espèces végétales, rares ou en voie de disparition, sont protégées soit au niveau national (Arrêté du 20 janvier 1982), soit en Auvergne (Arrêté ministériel du 30 mars 1990).

Afin de prévenir leur disparition du milieu naturel et de permettre la conservation des biotopes correspondants, sont interdits en permanence la destruction, la coupe, la mutilation, l’arrachage, la cueillette ou l’enlèvement, le colportage, l’utilisation, la mise en vente, la vente ou l’achat des fleurs, fruits, feuillages et racines des spécimens sauvages des espèces citées dans ces arrêtés.

La cueillette d’espèces protégées est punie d’une contravention de 4e classe et d’une amende de 135 euros, en vertu de la loi de protection de la nature du 10/07/76, et de l’arrêté préfectoral du 30/03/90 fixant la liste des espèces protégées en Auvergne.Pour avoir une description des espèces protégées en Auvergne, consultez les pages suivantes.

Anémone pulsatille
Drosera Rotundifolia
Gentiane Printanière

Les plantes : on les admire, on les photographie, on les dessine… sans les cueillir...

Ligulaire de Sibérie
Ligulaire de Sibérie
Saule des Lapons
Saule des Lapons

Les espèces apparues à l’Ere glaciaire

La Ligulaire de Sibérie (Ligularia sibirica) , le Saule des Lapons (Salix lapponum), le Bouleau nain (Betula nana) ont survécu dans les stations humides et froides des Monts du Cantal et sont recensés principalement en France dans les sommets et plateaux d’altitude du Massif Central.

Ces espèces rares ont le statut de protection sur le territoire national selon larrêté du 20 janvier 1982 fixant la liste des espèces végétales protégées nationalement.

La Ligulaire de Sibérie est en outre inscrite aux annexes II et IV de la Directive Cadre Européenne Habitat-Faune-Flore. Elle se rencontre en sol issu de roche cristalline ou basaltique, en situation de pH légèrement acide à neutre et requiert un éclairement variable (pleine lumière à ombre modérée).

Plusieurs sites Natura 2000 l’hébergent : ZSC Aubrac, ZSC Artense, ZSC Tourbières du Nord-Est du Massif cantalien, ZSC zones humides de la planèze de St Flour, ZSC zones humides Riom-es-Montagne, ZSC Cézallier, ZSC Massif Cantalien.

Les espèces aquatiques

La diversité des milieux aquatiques du Cantal et leur bon état écologique a favorisé le développement d’une richesse d’espèces animales et végétales. De nombreuses espèces parviennent à survivre dans les cours d’eau locaux, alors qu’elles sont rarissimes à l’échelon national ou européen et sont protégées à ce titre.

La concurrence des espèces introduites s’ajoute à la dégradation des milieux et de la qualité de l’eau pour diminuer leurs chances de se maintenir dans les années futures. Ce patrimoine biologique est l’objet d’une réglementation de sauvegarde et de gestion.

L’Hypne brillante (Hamatocaulis vernicosus), les Isoètes et le Fluteau nageant (Luronium natans) ont le statut d’espèce protégée nationalement selon l’arrêté du 20 janvier 1982 et sont inscrites aux annexes II et IV de la Directive Cadre Européenne Habitat-Faune-Flore.

Le Fluteau nageant fait l’objet d’un plan national d’actions pour sa conservation. Il vit dans les eaux dormantes et oligotrophes des zones humides d’altitude et a été répertorié en particulier dans les zones de conservation spéciale Natura 2000 : ZSC Aubrac, ZSC Artense, ZSC Tourbières du Nord-Est du Massif cantalien, ZSC zones humides de la planèze de St Flour, ZSC zones humides Riom-es-Montagne.

Dans les tourbières, sont présents en particulier :

Des espèces protégées régionalement par l’arrêté du 30 mars 1990 relatif à la liste des espèces végétales protégées en région Auvergne complétant la liste nationale, prospèrent aussi dans les zones humides :

Fluteau nageant

Lycopodes

Rossolis à feuilles rondes

Andromède

Les espèces des crêtes et des estives

Des espèces de milieu alpin et plusieurs espèces endémiques d’Auvergne sont protégées régionalement par l’arrêté du 30 mars 1990 relatif à la liste des espèces végétales protégées en région Auvergne complétant la liste nationale. Des photos et des informations sur ces plantes sont disponibles dans l’inventaire national du patrimoine (INPN).

Epervière orangée
la Jasione d’Auvergne
Bartsie des Alpes
Anémone soufrée
Orchis-vanille

Dans les les prairies d’altitude, se développent :

D’autres espèces sont adaptées aux milieux rocheux et colonisent les éboulis, les falaises difficilement accessibles ce qui contribue à leur préservation :

Les espèces des forêts anciennes

Plusieurs espèces protégées régionalement par l’arrêté du 30 mars 1990 relatif à la liste des espèces végétales protégées en région Auvergne complétant la liste nationale, se développent en sous-bois ou en clairière dans les forêts anciennes où les milieux sont stables depuis des centaines d’années.

Parmi elles :

des orchidées :

Elles se propagent avec lenteur sur de faibles distances, dans la mesure où le transport des graines est assuré par les fourmis forestières.

Les colonies issues de la dissémination s’établissent notamment dans les hêtraies atlantico-montagnardes, et les ripisylves d’Aulnes et de Frênes, qui constituent des habitats remarquables.

L’Auvergne abrite aussi 5 mousses rares dont la conservation est d’intérêt européen, elles ont le statut d’espèces protégées nationalement selon l’arrêté du 20 janvier 1982 et sont inscrites aux annexes II et IV de la Directive Cadre Habitat-Faune-Flore. :

Elles se développent dans quelques hêtraies- sapinières du Cantal. Certaines de ces forêts sont classée en Zonage Natura 2000 : ZSC Massif Cantalien, ZSC Sommets de la Margeride Nord, ZSC Tourbières de l’Artense, ZSC Gorges de la Rhue.

Pavot du Pays de Galles 

Grande Astrance

Orchis pyramidal

Orthotric de Roger

La pelouse montagnarde à Nard raide

La pelouse montagnarde à Nard raide est une formation herbeuse dominée par le Nard raide (Nardus stricta), graminée montagnarde caractéristique des sols acides à très acides, et offre une riche association floristique qui se traduit par un paysage très fleuri de mai à juillet sur les crêtes.

Gentiane jaune

Renouée bistorte

Gentiane pulmonaire

Joubarbe d’Auvergne

Jasione d’Auvergne

Androsace rosée

En effet, ces pelouses se développent à partir de 900 mètres et jusqu’à 1855 mètres (Plomb du Cantal) dans les estives (prairies d’altitude) pâturées par les bovins en transhumance. C’est l’habitat de la Gentiane jaune (Gentiana lutea) réputée pour la liqueur que l’on extrait de ses racines.

Ces habitats se caractérisent par l’assemblage des espèces végétales indicatrices suivantes :

et autres Graminées mentionnées dans la liste des Cahiers Natura 2000. D’autres espèces viennent compléter cette gamme en fonction des régions géographiques.

Les pelouses à Nard raide sur sol siliceux des zones montagnardes et submontagnardes, ont été déclinées à l’échelon régional pour définir les variations auvergnates sur le plan phytosociologique. Ces associations végétales correspondent à des strates d’altitudes et des sols très acides à acides (acidiphiles et acidiclines) :

  • En Auvergne, c’est le Violion caninae (Nardus stricta) qui domine sur sol acidicline à l’étage collinéen et montagnard.

Citons dans les quatre groupements de ce type de nardaie :

  • le Diantho sylvatici-meetum athamantici (Foucault 1986) sur granite et basalte assez riche en base.
  • Le Nardion strictae sur substrat siliceux prend le relais au dessus de 1500 m d’altitude.
Pour découvrir les autres groupements végétaux des nardaies, consultez la Synthese des associations végétales à Nard raide

Certaines espèces de fleurs sont les plantes nourricières des chenilles de papillons protégés et sont indispensables à la survie de ces espèces comme :

Quelques unes de ces espèces végétales sont endémiques de l’Auvergne ou réparties dans le Cantal :

Les pelouses à Nard raide s’étendent dans les ZSC Cézallier, ZSC Sommets du Nord Margeride, ZSC Planèze de Saint Flour, ZSC Monts du Cantal, ZSC Aubrac.

Déclin :

La principale cause de régression de ces habitats est l’enfrichement à cause de la déprise agricole qui touche les terrains difficilement mécanisables. La fertilisation croissante des prairies conduit aussi à la disparition de la flore typique au profit d’espèces banales. La mécanisation pour l'exploitation de la Gentiane jaune peut causer la destruction de ces habitats.

La flore du Plomb du Cantal

A 1855 m d'altitude, le Plomb du Cantal domine le massif volcanique, l'altitude permet l'apparition de milieux tels que°:

  • des landes riches à Airelle des marais (Vaccinium uliginosum) (60% de la surface) et à Camarine noire (Empetrum nigrum),
  • Landes sub-atlantiques à Genêt et Callune,
  • landes alpines et boréales,
  • Hêtraies atlantiques acidiphiles,  neutrophiles,  subalpines
  • pelouses atlantiques acidiphiles à Nard raide et groupements apparentés,
  • végétation de rochers et de falaises,
  • végétation de sources subalpine, sources d'eaux douces pauvres en bases,
  • prairies humides de transition à hautes herbes.

Le site est soumis à 3 mesures de protection :

  • Zone de Protection Spéciale (Directive Oiseaux)
  • Zone Spéciale de Conservation (Directive Habitat)
  • Parc Naturel Régional des Volcans d'Auvergne
Au total 8 milieux déterminants, la flore est exceptionnellement riche : 20 espèces menacées dont 15 protégées.

Le plomb du Cantal possède un intérêt patrimonial exceptionnel et abrite un bon nombre d'espèces alpines dont certaines sont très rares comme :

Quelques éspèces déterminantes sur le site du Plomb du Cantal :

Anémone printanière

Benoîte des montagnes

 Aconit commun

Pédiculaire chevelue

Les Fleurs d'exception...

L'anémone pulsatille

(Anemone pulsatilla)

Protection : Aquitaine, Basse-Normandie, Centre, Cher, Jura, Loiret, Lot, Meurthe-et-Moselle, Orne, Pays de la Loire

Réglementation : Cher, Eure-et-Loir, France métropolitaine, Indre-et-Loire, Jura, Loiret, Orne

Le Lis martagon

(Lilium martagon)

Protection : Alpes-de-Haute-Provence, Aquitaine, Auvergne, Calvados, Centre, Champagne-Ardenne, Corse, Jura, Limousin, Loire, Loiret, Lot, Meurthe-et-Moselle, Orne, Poitou-Charentes

Réglementation : Alpes-de-Haute-Provence, Alpes-Maritimes, Calvados,  Drôme, France métropolitaine, Isère, Jura, Loiret, Lozère, Orne

Arnica des montagnes

(Arnica montana)

Protection : Aquitaine, Bourgogne, Centre, Cher, Drôme, Isère, Lot

Réglementation : Alpes-de-Haute-Provence, Cher, France métropolitaine, Isère, Loire, Loiret, Union européenne

 Grassette commune

(Pinguicula vulgaris)

Protection : Alsace, Basse-Normandie, Centre, Champagne-Ardenne, Franche-Comté, Île-de-France, Midi-Pyrénées, Pays de la Loire, Picardie

Gentiane jaune

(Gentiana lutea)

Protection : Champagne-Ardenne

Réglementation : Alpes-de-Haute-Provence, Alpes-Maritimes, Corse, Drôme, France métropolitaine, Isère, Jura, Loire, Union européenne

Dent de chien

(Erythronium dens-canis)

Protection : Aquitaine, Franche-Comté, Isère

Réglementation : Drôme, France métropolitaine

Anémone souffré

(Anémone alpina)

Protection : Auvergne, Franche-Comté

Gentiane printanière

(Gentiana verna)

Protection : Alsace

Centaurée des montagnes

(Cyanus montanus)

Protection : Lorraine

Digitale pourpre

(Digitalis purpurea)

Épilobe en épi

(Epilobium angustifolium)

Cirse laineux

(Cirsium eriophorum)

Drosera à feuilles rondes

(Drosera rotundifolia)

Protection : France métropolitaine

Réglementation : France métropolitaine

Scille à deux feuilles

(Scilla bifolia)

Protection : Aquitaine, Centre, Haute-Normandie, Nord-Pas-de-Calais

Réglementation : outre-mer

Séneçon cacaliaster

(Senecio cacaliaster)

Protection : Limousin

Interdiction d'introduction : Nouvelle-Calédonie

 Aconit tue-loup

(Aconitum lycoctonum)

Protection : Jura

Réglementation : Jura

L'Orchis sureau

 (Dactylorhiza sambucina)

Protection : Alsace, Bourgogne

Réglementation : outre-mer, Union européenne

Doronic d'Autriche

(Doronicum austriacum)

Protection : Aquitaine, Provence-Alpes-Côte d'Azur

Grande astrance

(Astrantia major)

Protection : Limousin

 Le Vératre blanc

(Veratrum album)

Protection : Alsace, Lorraine

Cirse érisithalès

(Cirsium erisithales)

Protection : Rhône-Alpes

Scille lis-jacinthe

(Tractema lilio-hyacinthus)

Protection : Aquitaine, Centre

Réglementation : outre-mer

Saxifrage de Lamotte

(Saxifraga lamottei)

Protection :  Auvergne

Benoîte des montagnes

(Geum montanum)

Aconit napel

(Aconitum napellus)

Protection : Alpes-de-Haute-Provence, Alpes-Maritimes, Calvados, Centre, Champagne-Ardenne, Cher, Drôme, Haute-Normandie, Isère, Jura, Loire, Lozère, Manche, Orne, Poitou-Charentes

Réglementation : Alpes-de-Haute-Provence, Calvados, Cher, France métropolitaine, Jura, Manche, Orne

Myrtilles

(Vaccinium myrtillus)

 

Protection : Aquitaine, Nord-Pas-de-Calais

Réglementation : Alpes-de-Haute-Provence, Alpes-Maritimes, Drôme, Eure-et-Loir, France métropolitaine, Haute-Loire, Isère, Jura, Loire, Loiret, Puy-de-Dôme

Œillet des bois

(Dianthus sylvaticus)

Protection : Isère, Jura, Lot

Réglementation : France métropolitaine, Jura

Anémone de printemps

(Pulsatilla vernalis)

Protection : Auvergne, Lorraine

bartsie des Alpes 

(Bartsia alpina)

Protection : Auvergne, Lorraine

Ail jaune

(Allium flavum)

Protection : Auvergne, Île-de-France

Ligulaire de Sibérie

(Ligularia sibirica)

ProtectionFrance métropolitaine

Réglementation : Union européenne

Epervière orangée

(Pilosella aurantiaca) 

Protection : Alsace, Auvergne

Alchémille de Charbonne

(Alchemilla amphisericea)

Protection :  Auvergne 

Luzule jaunâtre

(Luzula luzulina)

Protection :  Auvergne

 Listère à feuilles en cœur

(Neottia cordata)

Protection : Alsace,  Aquitaine, Auvergne, Corse, Lorraine, Midi-Pyrénées, Provence-Alpes-Côte d'Azur

Réglementation : Outre-mer,  Union européenne

 Orchis globuleux

(Traunsteinera globosa)

Protection : Alsace, Auvergne

Réglementation : outre-mer, Union européenne

Buplèvre fausse renoncule

(Bupleurum ranunculoides)

Protection : Franche-Comté

Anémone de printemps

(Anemone vernalis)

 

Protection : Auvergne, Lorraine

 Sceau-de-Salomon noueux

(Streptopus amplexifolius)

 

Protection :Alsace, Aquitaine, Auvergne, Franche-Comté, Lorraine

Saxifrage à feuilles d'épervière

(Micranthes hieraciifolia)

Protection : France métropolitaine

Ce taxon est classé dans la liste rouge dans la catégorie : CR - En danger critique

Silène cilié

(Silene ciliata)

Protection :  Auvergne

Épipogon sans feuilles

(Epipogium aphyllum)

Protection : France métropolitaine

Réglementation : outre-mer, Union européenne

Saxifrage d’Auvergne

(Saxifraga bryoides)

Protection :  Auvergne

Dryade à huit pétales

(Dryas octopetala)

Protection : Auvergne, Franche-Comté

 

Zone géographique

Règle appliquée

Auvergne

Afin de prévenir la disparition d'espèces végétales menacées et de permettre la conservation des biotopes correspondants, sont interdits, en tout temps, sur le territoire de la région Auvergne, la destruction, la coupe, la mutilation, l'arrachage, la cueillette ou l'enlèvement, le colportage, l'utilisation, la mise en vente, la vente ou l'achat de tout ou partie des spécimens sauvages des espèces ci-après énumérées.Toutefois, les interdictions de destruction, de coupe, de mutilation et d'arrachage, ne sont pas applicables aux opérations d'exploitation courante des fonds ruraux sur les parcelles habituellement cultivées.

France métropolitaine

Dans les départements où les végétaux ci-après énumérés ne sont pas protégés au titre des articles 3 et 4 de la loi n° 76-629 du 10 juillet 1976 susvisée, le ramassage ou la récolte et la cession à titre gratuit ou onéreux de ces végétaux, ainsi que de leurs parties ou produits, peuvent être interdits ou autorisés dans certaines conditions par un arrêté préfectoral. L'arrêté fixe de manière permanente ou temporaire la liste des espèces concernées, la période d'application de la réglementation ou de l'interdiction, l'étendue du territoire concerné, les conditions d'exercice de la récolte et de la cession, les parties ou produits éventuellement concernés ainsi que la qualité des bénéficiaires de l'autorisation.

Union européenne

Directive 92/43/CEE du Conseil du 21 mai 1992 concernant la conservation des habitats naturels ainsi que de la faune et de la flore sauvages (modifiée par la Directive 97/62/CEE du Conseil du 27 octobre 1997, le Règlement (CE) n° 1882/2003 du Parlement et du Conseil du 29 septembre 2003 et la Directive 2006/105/CE du 20 novembre 2006) (Annexe V)

Sites à consulter :