Fleurs et plantes médicinales

 

 

 

 

Les fleurs et plantes médicinales

et les rémèdes de grand-mère...

 

 

 

 

 

 

* Nom hérité du Moyen Age pour désigner les plantes médicinales.
 
* * plantes contenant une substance qui engendre («gen») dieu ou l’esprit («theo») à l’intérieur de soi («eu»).

Les montagnes du Cantal offrent une nature préservée, des paysages multiples et une flore variée d’une grande qualité.

Depuis des temps immémoriaux, les hommes utilisent les plantes pour se soigner. La connaissance et l’utilisation des plantes médicinales se sont perpétuées jusqu’à l’avènement de la chimie de synthèse.

Cependant l’intérêt pour les Simples * demeure encore vivant pour bon nombre de nos concitoyens. Au-delà des bienfaits que ces plantes apportent, leur cueillette au fil des saisons est un moyen privilégié pour comprendre et respecter la nature. Il est parfois difficile de dissocier l’emploi des plantes médicinales des plantes sauvages comestibles tant nombre de ces plantes qui ont le pouvoir de soulager ou de guérir entrent dans notre alimentation.

Les hommes, pour profiter du potentiel vivant contenu dans chaque plante médicinale, ont cherché et trouvé plusieurs formes de préparation des Simples, des plus simples au plus élaborées : ingestion de la plante crue ou cuite, application externe, macération dans l’eau, tisane, décoction, bain de plantes, alcoolature, teinture mère, sirop, macération dans l’huile, pommade, onguent, cataplasme chaud ou froid, extraction d’huile essentielle, élixir spagyrique, préparation homéopathique, mise en gélules de poudre de plantes sèches, comprimé, pastille, macérât glycériné, élixir floral, extrait de plantes fraîches, etc. La recherche continue et d’autres préparations et approches sont en cours.

De ces possibilités d’utilisation des plantes sont nées diverses formes de thérapies qui se sont développées en fonction des différents corps de la plante :

  • du corps physique de la plante se sont développés surtout la phytothérapie, la gemmothérapie, l’homéopathie et l’aromathérapie, thérapies qui vont agir sur le corps physique de l’homme.
  • des corps plus subtils de la plante se sont développés des approches qui agissent sur l’aspect psycho-émotionnel, comme la caractérologie des huiles essentielles, les soins avec les élixirs floraux ou spagyriques.

D’autres approches comme le druidisme ou le chamanisme utilisant des plantes enthéogènes ** agissent sur le psychisme et la dimension spirituelle de l’homme.

Avant de commencer, je vous invite à lire les quelques règles concernant l'automédication et les principes de cueillette, séchage des plantes, leur conservation et les techniques de base pour réaliser les recettes :

Règles élémentaires de prudence et les limites de l'automédication :

  • N'ayez jamais recours à des plantes que vous ne connaissez pas ou dont vous ne connaissez pas les propriétés.
  • Quand vous consommez des plantes, commencez toujours à petites doses. Prenez d'abord des doses inférieures à la dose normale pour vérifier que vous ne sentez pas d'effets secondaires.
  • Si vos symptômes persistent pendant plus de deux ou trois jours, ne vous reposez pas uniquement sur les herbes médicinales pour les soulager. Consultez votre médecin afin qu'il établisse un diagnostic exact de manière à suivre un traitement approprié.
  • Consultez toujours un médecin avant de prendre des plantes médicinales pendant une grossesse ou si vous souffrez d'une maladie chronique.
  • Ne considérez pas ces remèdes comme universels. Vous devez être capable d'avoir un esprit critique sur l'usage des plantes.

 Guide pour une éco-ceuillette

Avertissement

La cueillette des plantes médicinales exige une bonne connaissance en botanique.

Les recettes ci-dessous ne peuvent en aucun cas se substituer à l’avis d’un professionnel de santé, certaines substances actives peuvent en effet engendrées des réactions d’intolérance ou d’allergies !

Il n’est pas question ici de remplacer les médicaments par des plantes, mais de parler du soutien qu’elles peuvent apporter au corps dans son processus de guérison.

 

CUEILLETTE
  • Avant toute cueillette, il est important de rechercher systématiquement les éléments de réglementation qui assurent la protection de certaines plantes et sites sensibles. Des documents contenant ces réglementations sont disponibles auprès des DREAL (Direction Régionale de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement).
  • On ne cueille les plantes que dans des endroits "sains", c'est à dire par sur les bords des routes, pas dans un jardin traité chimiquement... faites appel à votre bon sens.
SÉCHAGE
  • La plupart des recettes sont réalisées à partir de plantes sèches. Il faut, pour un séchage réussi, à la fois de l'ombre, de l'air et de la chaleur.
  • L'idéal : stocker les plantes dans un cageot (air) sur un balcon (soleil = chaleur), avec un carton par-dessus (ombre).
CONSERVATION 
  • On conserve ensuite les plantes dans des sachets en papier, pendant 2 ans maximum.
  • On évite les bocaux trop hermétiques, car si la plante n'a pas fini de se déshydrater lors du séchage, elle risque de moisir. 
  • Et on ne mélange jamais les plantes !

MODES D’UTILISATION

Infusion, infusion courte, décoction, teinture, huiles ou onguents, voici de quoi démêler tout ça :

  • Lorsqu’on prépare une tisane ou infusion, on dépose feuilles, fleurs ou racines d’une ou de plusieurs plantes au fond d’un contenant et on y verse de l’eau bouillante. On laisse ensuite reposer au moins une demi-heure puis on tamise le liquide avant de boire.

  • Dans le cas d’une infusion courte ou décoction, on laisse infuser seulement 10 minutes. Commencez par utiliser l’équivalent d’une cuillère à thé de plante par tasse d’eau et ajustez ensuite la quantité au goût.

 
  • Pour faire une décoction, on ajoute de l’eau froide à la plante sèche déposée dans une casserole. On amène le tout à ébullition et laisse mijoter doucement de 20 à 30 minutes. On fait ensuite refroidir et on tamise avant de boire.

  • Les teintures sont des extraits de plantes préparées à l’aide d’alcool. Les extraits liquides de plantes peuvent aussi être préparés à l’aide de vinaigre de cidre ou de glycérine végétale. On en dilue habituellement quelques gouttes, selon le dosage recommandé, dans un peu d’eau ou de jus pour les consommer.

  • Vins médecinaux : plutôt destinées à l'apéritif même si à l'origine ils étaient utilisés pour leurs vertus médecinales, ce sont des infusions de plantes dans du vin rouge ou blanc, parfois additionné de sucre, d'alcool de fruit et d'autres ingrédients (citron, épices...). Mélanger l'ensemble des ingrédients, faire reposer le tout minimum 1 mois puis filtrer.
  • En usage externe, on peut aussi utiliser des huiles macérées et des onguents. Dans le premier cas, on a simplement laissé macérer les plantes dans une huile végétale, puis on a tamisé la préparation. Dans le second, cette huile macérée a été solidifiée avec de la cire d’abeille ou de la lanoline, une graisse issue de la laine de mouton.

 

Remèdes de grand mère, médecines douces, parallèles...

Des mots qui apparaissent comme des secours ou des alternatives. Ils sont pourtant porteurs de millénaires d'attention et d'expériences.

La médecine traditionnelle s'est toujours intéressée aux pratiques ancestrales, aux méthodes, aux savoirs et aux croyances.

L’usage des plantes, mais aussi des minéraux, d’animaux, de thérapies spirituelles, d’exercices manuels, pour soigner et prévenir les maladies a de tout temps été au centre des espoirs de la santé.

Elle est la plus répandue dans toutes les régions du monde en développement et revient en grâce dans nos pays industrialisés.

Un quart des médicaments modernes est à base de plantes connues traditionnellement.

Les relations entre les plantes et l'homme sont devenues un large domaine d'étude.

De multiples disciplines lancent des ponts entre les connaissances traditionnelles et nos ressources locales: botanique, ethnobotanique, pharmacognosie, etc..

Nos grands-mères avaient leurs secrets pour soigner les rhumes, les maux de gorge, les boutons de fièvre, ou les rhumatismes. Le jardin, les champs, les forêts, étaient leur herboristerie.

Voici quelques remèdes de grands-mères faciles à réaliser à partir de plantes que vous connaissez tous car elles sont assez communes en dans le Cantal.

Remèdes de grand mère et médecines douces

Les plantes et leurs vertus :

Les plantes dont il est question ici peuvent être consommées tous les jours. En plus d’être efficaces contre certains problèmes de santé, elles apportent de grandes quantités de nutriments, tonifient et dynamisent l’organisme entier ou un système en particulier. Ces plantes travaillent subtilement, mais leurs effets sont cumulatifs et se font sentir en profondeur. On les prend surtout en infusion, à raison de une à trois tasses par jour, à tour de rôle pour le plaisir ou sur de longues périodes pour profiter de tous leurs effets bénéfiques.

Certaines parfument le jardin, d’autres se trouvent dans nos montagnes. Les plantes sauvages, aromatiques et “mauvaises herbes” ont aussi des propriétés médicinales, souvent mal connues.

Coup de projecteur sur certaines d’entre elles, avec leurs vertus pour la santé et le bien-être.

 

Achillée millefeuille

Attention, le suc de la plante peut provoquer des réactions allergiques sur la peau. L’usage de cette plante est déconseillée pour les femmes enceintes et allaitantes.

Propriétés : les fleurs d’Achillée ont des propriétés toniques, digestives, anti-inflammatoires et cicatrisantes.

Récolte : les sommités fleuries en été, employées fraiches ou séchées.

Santé : Perte d’appétit et problèmes digestifs, Hémorroïdes

Boire une infusion de fleurs d’Achillée millefeuille 3 à 4 fois par jour.

Comptez une cuillère à café de fleurs séchées par tasse. Laissez infuser 10 min. Buvez 1/4 d’heure avant les repas.

Soin esthétique : Pour les peaux grasses

Faites infuser 50g de sommités fleuries dans 1L d’eau pendant 10 min, tamiser et appliquez cette lotion astringente sur la peau.

Ail des ours

Propriétés : L’ail est employé contre l’hypertension, il est réputé pour être un excellent antibactérien, antiseptique et vermifuge.

Récolte : Les feuilles récoltées au printemps avant la floraison.

Santé : Troubles digestifs, hypertension, maladies de peau

Comptez une cuillère à soupe de feuilles par tasse. Laissez infuser 5 min et prenez 2 tasses par jour.

Contre les dermatoses, furoncles, abcès et eczéma, vous pouvez utiliser les feuilles d’ail des ours en cataplasme pillées fraîches.

 

Arnica dites aussi Herbes aux chutes.

Attention l’arnica est toujours utilisée en usage externe !

Propriétés : l’Arnica est un stimulant circulatoire, décontracturant, anti-inflammatoire… La meilleure plante vulnéraire à appliquer sur les contusions, ecchymoses, hématomes, foulures.

Récolte : Les fleurs cueillies et séchées dans un endroit très sec.

Santé : Contusions et entorses

  • En compresse : Laissez infuser 15 min 15g de fleurs dans 1/4 de litre d’eau. Appliquer sur les parties à traiter plusieurs fois par jour.
  • En macérat : Pour soulager les douleurs musculaires et stimuler la circulation. Remplissez une bouteille en verre de fleurs fraiches d’arnica. Versez ensuite grâce à un petit entonnoir une huile sèche pour recouvrir vos fleurs (Huile d’amande douce, d’argan, d’avocat, de bourrache, d’onagre, de sésame ou de pépins de raisin.)
Secouez délicatement pour vous assurer que les fleurs sont imprégnées d’huile. Laissez reposer 3 semaines au soleil en agitant de temps en temps. Filtrez dans un linge puis verser dans un flacon et conservez à l’abri de la lumière et de la chaleur.
  • En teinture : Mettez 50g de fleurs fraiches d’arnica dans un bocal en verre. Recouvrez avec ¼ d’alcool à 60°. Refermez soigneusement, puis agitez pendant 2 min. stockez à l’abri de la lumière et de la chaleur pendant 2  semaines en agitant régulièrement votre bocal. Filtrez au-dessus d’un bol à travers un linge et terminez en pressant bien votre linge pour « exprimer » la teinture. Versez ensuite dans un flacon opaque en étiquetant avec la date de fabrication. Les teintures se conservent de 2 à 3 ans dans un flacon bien fermé et à l’bri de la chaleur et de la lumière.
 
 

Aubépine appelée aussi Epine blanche ou Épine de mai

Propriétés : Tonicardiaque, l’aubépine régule la tension artérielle et le rythme cardiaque. Elle facilité l’endormissement. Les fruits rouges sont dotés de propriétés diurétiques et astringentes.

Récolte : les fleurs cueillies en mai lorsqu’elles sont encore en boutons.

Santé :

  • Palpitations, hypertension, régulation du cœur

En infusion prévoyez une cuillère à soupe de fleurs par tasse, à boire 2 ou 3 fois par jour.

Ou en teinture alcoolique : Faites macérer pendant 10 jours 20g de fleurs desséchées et émondées dans 80cl d’alcool à 30°. Prenez 30 gouttes 3 fois par jour dans une tisane ou dans de l’eau.

  • Insomnies
Une infusion en mélange avec 50 g d’aubépine et 50 g de valériane. Comptez une cuillère à café par tasse de ce mélange infusé pendant 10 min. Buvez une à 2 tasses après le diner du soir.

Bardane

Propriétés : La bardane est un excellent dépuratif de la peau. Les feuilles sont bactéricides. Elles agissent sur l'eczéma, la séborrhée, les furoncles, les abcès...

Récolte : Les feuilles et les racines de deux ans se récoltent au printemps.

Santé : Contre les piqures d'insectes ou d'araignées

Froissez entre les doigts les feuilles fraiches et appliquer pour atténuer la douleur.

Soin esthétique

  • En cataplasme, faites infuser une cuillère à soupe de feuilles dans 1/4 l d'eau. après 15 min, utilisez en application locale.
  • En décoction concentrée, faites bouillir 100g de racine dans 1 L d'eau pendant 15 min. Buvez dans la journée ou utilisez en application locale.
 
 

Benoîte ou Herbe de Saint-Benoit

Propriétés : La benoîte agit sur tout les maux de l'appareil digestif !

Récolte : Les feuilles et les racines se récoltent au printemps.

Santé : Contre les maux d'estomac

Préparez une décoction, comptez une cuillère à soupe de racine par tasse,. Laissez bouillir 3 min et prenez 2 à 3 fois par jour. Cette préparation est aussi efficace contre la diarrhée.

Recette : Le vin de benoîte

Très efficace pour faciliter la digestion. Faites macérer pendant 8 jours 50g de racine de benoîte dans 1 L de vin rouge. Filtrez et exprimez. Prenez un verre avant le repas.

Bouleau ou Arbre de la sagesse

Propriétés : Anti-inflammatoire, diurétique, antiseptique des voies urinaires et rénales.

Récolte : Les jeunes feuilles au printemps et l'écorce prélevée au printemps ou à l'automne.

Santé : Contre les inflammations des voies urinaires

En décoction, comptez 2 cuillères à soupe de feuilles séchées pour 1/2 L d'eau. Faites bouillir pendant 2 min. lorsque la température est redescendue à 40° C, ajoutez une pincé de bicarbonate de sodium pour dissoudre les principes actifs de feuilles. Prenez dans la journée avant les repas.
 
 

Calament à grandes fleurs ou Thé d'Aubrac

Propriétés : Cette plante digestive est un excellent sédatif qui calme la nervosité.

                   Elle est aussi employée pour stimuler l'intellect.

Récolte : Les feuilles et les sommités fleuries récoltées en juillet-août. 

Santé : Contre le acouphènes, l'aérophagie et la fatigue.

En infusion, comptez une cuillère à soupe de thé d'Aubrac par tasse.

Laissez infuser 10 min.

Prenez 3 ou 4  fois par jour.

Chardon-Marie ou Artichaut sauvage

Propriétés : LE détoxifiant du foie ! Tonique et apéritif, le chardon-Marie est utilisé pour les troubles digestifs légers surtout pour les maux du foie.

Ses graines sont riches en silymarine qui s'opposerait aux radicaux libres dans le foie, régénererait les cellules malades et stimulerait la croissance de nouvelles cellules.

Récolte :  Les feuilles et les fruits murs sont récoltés à la fin de l'été.

 
 

Santé

  • Contre les troubles digestifs 

En infusion, comptez une cuillère à café par tasse de feuilles séchées. A laisser infuser pendant 10 min. Prenez 3 tasses par jour avant les repas.

  • Contre les troubles biliaires

En infusion, comptez une cuillère à café par tasse de graines broyées. A laisser infuser pendant 10 min. Prenez 3 tasses par jour avant les repas.

Framboisier (Rubus idaeus)

Les feuilles de framboisier sont sans doute les meilleures alliées des femmes. Nutritive et riche en minéraux, cette plante tonifie l’utérus et soutient les femmes qui ont des problèmes au niveau du système reproducteur : syndrome prémenstruel, crampes, menstruations surabondantes, endométriose, fibrome, infertilité, ptôse… Elle est aussi d’une grande aide pour les femmes enceintes ou qui allaitent. Elle tonifie l’utérus et enrichit le lait. De plus, grâce à son action astringente, elle apaise les maux de gorge et les petites diarrhées. On infuse les feuilles en se limitant à deux tasses par jour. L’infusion peut aussi servir de douche vaginale ou de compresse qu’on applique sur des blessures mineures ou des conjonctivites.

 

 

La gentiane : plante des monts d'Auvergne

Grande herbe robuste et vivace, elle peut vivre 50 ans et met 10 ans pour fleurir la première fois. Les feuilles sont opposées et nervurées. Elles sont pétiolées à la base et sessiles embrassantes sur la tige. Les grandes fleurs jaunes sont serrées à la base des feuilles supérieures. La corolle est divisée en 5 à 9 lobes presque jusqu'à la base.

Elle est parfois confondue avec le vératre blanc ou hellébore dont les fleurs sont blanches et les feuilles alternées, alors que les fleurs de la gentiane sont jaunes et les feuilles face à face.

 

Le rhizome et les racines sont utilisés en phytothérapie comme le laissent supposer ses nombreux noms vernaculaires. Mais la gentiane est surtout utilisée dans des apéritifs comme la liqueur de gentiane ou l'alcool de gentiane (Suze, Salers, Avèze, etc.), Bière de Fleurac, et le Picon, auxquels elle apporte son amertume.

Il faut attendre sept à dix ans avant de pouvoir les récolter. La récolte est réalisée essentiellement dans le Massif Central par les Gençianaïres.

Les vertus de la gentiane

La racine de la gentiane est employée depuis l'antiquité pour ses vertus apéritives, digestives et toniques. Elle est utilisée en phytothérapie en application externe et elle agit localement. Autrefois, les utilisations pouvaient être médicinales, notamment comme un des multiples constituants de la thériaque et du diascordium de la pharmacopée maritime occidentale au XVIIIe siècle.

La gentiane jaune est utilisée :

  • Comme tonique digestif,
  • Pour stimuler l'appétit,
  • Pour faciliter la digestion,
  • Comme roborant,
  • Pour traiter la dyspepsie atonique,
  • Pour traiter l'atonie gastro-intestinale,
  • Pour traiter la dyspepsie,
  • Comme anti-scrofuleux,
  • Pour diminuer la diarrhée,
  • Comme sialagogue,
  • Comme amer digestif,
  • Comme antiémétique,
  • Pour soigner la fatigue due aux maladies chroniques,
  • Pour soulager l'épuisement,
  • Pour traiter contre les vers,
  • comme anthelminthique,
  • Comme antiseptique.

Apéritif à la gentiane artisanal

  • 50 à 80 grammes de racine de gentiane fraîche,
  • 0.5 Litre d'alcool à 90°,
  • 5 litres de vin blanc,
  • 2 zestes de citron (non traités),
  • 3 zestes d'oranges (non traitées), personnellement j'ai utilisé de l'huile essentielle d'orange douce bio, 20 gouttes,
  • 1 bâton de vanille,
  • 1 kilogramme de sucre (ou moins suivant le goût) personnellement j'ai fait l'essai avec 800 grammes .

Mise en œuvre:

  • Eplucher la racine. Introduire tous les éléments dans un récipient pouvant être clos.
  • Vers le 20ème jour, goûter .....
  • Laisser macérer au frais pendant un mois, pas plus.
  • Filtrer et mettre en bouteille.

Attention l'abus d'alcool est dangereux

Lamier blanc ou Ortie blanche

Propriétés : Anti-inflammatoire, astringent, le lamier blanc est employé en usage externe contre les démangeaisons du cuir chevelu et pour éliminer les pellicules.

Récolte : Les fleurs récoltées en avril-mai doivent être séchées dans un lieu sec.

Soin esthétique : Pour la peau et le cuir chevelu

En cataplasme, versez 20 cl d'eau bouillante sur 6 cuillères à soupe de fleurs.

Laissez infuser 10 min.

Appliquer en cataplasme tiède ou froid 2 à 3 fois dans la journée.

Lotier corniculé ou Pied-de-poule 

Propriétés : Il calme le stress, les angoisses et les troubles du sommeil.

Récolte : Le fleurs récoltées de mai à août.

Santé : Contre l'angoisse, la nervosité, les troubles du sommeil

En infusion, compte une cuillère à soupe de fleurs par tasse.

Laissez infuser 10 min.

Buvez jusqu'à 3 tasses par jour.

Mauve sylvestre ou Grande mauve

Propriétés : La mauve agit sur les inflammations et les irritations des voies respiratoires.Riche en mucilages, la mauve est adoucissante.

Récolte : Les fleurs cueillis avant leur épanouissement et les feuilles cueillies avant la floraison. En cours de séchage, retournez régulièrement les feuilles et les fleurs.

Santé :  

  • Contre les irritations des yeux ou de la peau 
En compresse chaude, faites infuser 20 g de feuilles et de fleurs pour 1/4 L d'eau pendant 10 min et appliquez la préparation sur les yeux ou la peau. 
  • Contre la toux

En infusion, jetez 10g de fleurs et 25g de feuilles dans 1 L d'eau bouillante. Laissez infuser 10 min. Buvez dans la journée.

  • Contre les inflammations spasmodiques du côlon (sans diarrhée)

En infusion, prenez 4 cuillères à soupe de feuilles de mauve, de thym et de feuilles de mélisse. Ajoutez un cuillère à soupe de fleurs de mauve. Comptez une cuillère à soupe de ce mélange par tasse. Laissez infuser pendant 15 min. Buvez aussi longtemps que durent les symptômes.

Noisetier ou Coudrier :

Propriétés : les feuilles sont un bon tonique veineux et un vaocontricteur efficace contre les troubles circulatoires.

Récolte :Les feuilles récoltées en juin et l'écorce des jeunes rameaux prélevée du printemps à l'automne.

Santé :

  • Contre les varices

En macération, comptez une cuillère à soupe de feuilles pour 1/4L d'eau bouillante que vous laisserez macérer toute la nuit. Filtrez et exprimez dans un bouteille, prenez deux tasses par jour.

  • Contre la fièvre

En décoction, faites bouillir 10 min une cuillère à soupe d'écorce par tasse, laisser infuser 10 min.

Prenez une tasse deux fois par jour.

Soin esthétique : Contre les yeux cernés et les paupières boursouflées.

En compresse, faites infuser une cuillère à soupe de feuilles pour 1/4 L d'eau pendant 15 min. appliquez 20 min sur les yeux.

Origan ou Marjolaine sauvage

Propriétés : stomachique, carminative et facilite la digestion. Expectorante, elle agit sur les bronches et calme la toux.

Récolte : Les sommités fleuries se récoltent en début de floraison. Faites les sécher en bouquet suspendu.

Santé

  • Contre la toux et la bronchite

En infusion, jetez une cuillère à soupe de plante dans une tasse d'eau pendant 10 min. Prenez 2 ou 3 fois par jour.

  • Contre le torticolis 

En application locale, hachez des sommités fleuries d'origan, de préférence fraîches, et chauffez-les dans une poêle. Posez les chaudes sur le cou.

Recette : Le vin d'origan

Efficace pour lutter contre la digestion difficile ! Faites macérer 50g de sommités fleuries pendant 10 jours dans un litre de bon vin. Prenez un petit verre avant chaque repas.

 

Ortie (Urtica dioica)

Il est préférable de récolter les feuilles vers le sommet de l’ortie, au printemps ou au début de l’été, avant que la plante ne devienne trop coriace. Un jour sec convient davantage, puisque l’ortie doit être séchée rapidement pour être stockée.

On la connaît pour ses piquants caractéristiques qui provoquent une vive urtication, dont on peut se débarrasser en blanchissant brièvement les feuilles à l’eau bouillante. On obtient alors un aliment comparable aux épinards quant aux manières de l’apprêter ainsi qu’à ses vertus nutritives

L’ortie est réputée riche en minéraux et oligo-éléments, notamment en fer et en magnésium, mais aussi en calcium, phosphore, potassium, manganèse, sélénium et zinc. Elle contient par ailleurs des vitamines A, B, C et K.

Elle aide les personnes qui présentent des troubles liés à l’accumulation de toxines dans le corps : maladies de peau, allergies, arthrite…

Elle donne de l’énergie tout en régularisant la glycémie et en diminuant les effets néfastes du stress continu.

L’ortie est une bonne alliée pour les femmes enceintes ou qui allaitent.

Préparez une infusion avec les feuilles de la plante.

Pensée sauvage ou Violette tricolore

Propriétés : Dépurative, la pensée sauvage est excellente pour traiter les maladies de peau : eczéma, psoriasis, impétigo, dartres, herpès, acné...

Récolte : Les fleurs sont récoltées en début de floraison et séchées couvertes d'un tissu à l'abri de la lumière.

Soin esthétique : Un excellent dépuratif de la peau qui combat l'acné !

En infusion, comptez une cuillère à soupe de pensée pour une tasse. Laissez infuser 10 min et buvez 2 ou 3 tasses par jour pendant 2 semaines au moins.

Pissenlit (Taraxacum officinalis)

La racine du pissenlit active le foie et le pancréas tout en favorisant le péristaltisme (la contraction des muscles du système digestif pour faire avancer le bol alimentaire et plus tard évacuer les déchets). Elle est utile en cas d’indigestion, d’engorgement du foie, de mauvaise assimilation des aliments et de constipation. Elle aide aussi à équilibrer la glycémie. Douce mais tenace, elle convient même aux enfants. La feuille de pissenlit possède pour sa part des propriétés diurétiques. Riche en potassium, elle aide toute personne souffrant de rétention d’eau, d’hypertension ou de problèmes de peau.

La racine se consomme en décoction ou en teinture, tandis que les feuilles se prennent en infusions. Elles sont également délicieuses en salades. Peu importe la forme, le pissenlit peut se consommer sur de longues périodes.Salade de pissenlit :

Ce sont les jeunes feuilles qu'on apprête en salade, les plus vieilles étant vraiment trop amères. Celles-là, on se les réserve pour les usages médicinaux. Une bonne façon d'atténuer l'amertume de la salade de pissenlit consiste à introduire un peu de chaleur dans le processus.

Pulmonaire officinale ou Herbe aux poumons

Propriétés : La pulmonaire est astringente, diurétique, expectorante, émolliente et sudorifique !

Récolte : Les feuilles sont récoltées en mars-avril et les sommités fleuries pendant la floraison.

Santé

  • Contre le mal de gorge et la bronchite 

En infusion, jetez une cuillère à soupe de feuilles par tasse, laissez infuser 10 min. Sucrez au miel et prenez trois fois par jour.

  • Contre les engelures et dartres
En compresse, préparez une décoction de 2 cuillères à soupe de sommités fraîches pour 1/2 L d'eau. Faites bouillir 5 min et infuser 10 min. appliquez localement matin et soir sans frotter.

Reine-des-prés ou Spirée ulmaire

La reine-des-prés ne doit jamais subir l'ébullition, ses principes actifs se détruisent au delà de 90°C.

Propriétés : La reine-des-près est diurétique, anti-inflammatoire, analgésique, antirhumatismale, tonique est astringente ! elle dilate aussi les vaisseaux et tonifie le cœur !

Récolte : De préférence récoltez les sommités fleuries avant l'épanouissement des fleurs. Si vous devez les sécher, ne conservez pas plus d'un an.

Santé :

  • Contre l'état grippal, le mal de tête, l'obésité et les rhumatismes

En infusion, jetez une cuillère à soupe de plante dans une tasse d'eau à peine frémissante. Laissez infuser 10 min. Prenez 3 à 4 fois par jour.

En macération (à consommer rapidement), placez les fleurs fraîchement coupées dans leurs poids d'alcool à 40° pendant une nuit. Filtrez et prenez une à deux cuillères à café par jour.

  • Contre les douleurs articulaires

En compresse, appliquez l'infusion ci-dessus localement.

Renouée bistorte ou Serpentaire

Propriétés : Très fort pouvoir astringent !

Récolte : Le rhizome arraché à la bêche en début d'automne, puis lavé, coupé en rondelle pour séchage.

Santé

  • Contre le mal de gorge et l'angine

En gargarisme, mettez 3 cuillères à soupe de rhizome pour 1/2 L d'eau. Laissez bouillir 10 min. Utilisez tiède 2 fois par jour.

  • Contre les diarrhée et les hémorroïdes
En macération, jetez 1 cuillère à soupe de plante dans une tasse d'eau tiède. Laissez macérer 10h. Prenez 4 à 5 fois par jour entre les repas.

Ronce ou Mûrier sauvage

Propriétés : Astringente, antibactérienne, dépurative et tonique agissant notamment sur les muqueuses.

Récolte : Les feuilles sont récoltées au printemps avant la floraison.

Santé :  Contre le mal de gorge, la gingivite, les aphtes.

En bain de bouche ou gargarisme, faites bouillir 3 min, 2 cuillères à soupe de feuilles pour 1/4 L d'eau, puis laissez infuser 15 min. Filtrez et sucrez de miel. Prenez 2 ou 3 fois par jour, le gargarisme agissant sur les maux de gorge.

La cure vitaminée de rentrée

Les mûres fraîches, pauvres en sucre, sont riches en vitamines et en substances antioxydantes.

Sapin ou épicéa

Propriétés  : contre les bronchites.
Partie de la plante : jeunes pousses de l'année (qui se détachent facilement quand on tire sur l'extrémité du rameau).
Recettes : en sirop (feuilles fraîches dans 500 g de de sucre et 500 g d'eau) ou en alcoolat (feuilles fraîches dans de l'alcool de fruit, à faire infuser 1 mois environ puis filtrer) à diluer au moment de la prise dans une tisane  .

C'est un arbre à feuilles persistantes, on peut donc "cueillir" les jeunes pousses tout au long de l'année, même en hiver, ce qui tombe bien car on ne peut pas les sécher pour les conserver. Et à noter : l'eucalyptus a les mêmes propriétés.

Sorbier des oiseleurs

Propriétés : Les fruits sont antidiarrhétiques, cicatrisants, antihémorragiques, diurétiques et riche en vitamine C !

Récolte : Les fruits sont récoltées en automne. Ils peuvent être cuits ou séchés.

Santé

  • Contre la toux

En infusion, une cuillère à soupe de fruits pour une tasse. Laissez infuser 10 min. Prenez 3 fois par jour.

  • Contre la diarrhée

Consommez les fruits de sorbier en marmelades, confitures, gelées, vinaigres, liqueurs...

Sureau (Sambucus nigra)

Cette antivirale est très utile en cas de grippe, de fièvre et de toute maladie infantile de nature éruptive (rougeole, roséole, varicelle).

De plus, elle tonifie les muqueuses et convient à tout enfant ou adulte ayant le nez qui coule sans arrêt.

Prenez une infusion courte des fleurs et buvez chaud en cas de fièvre.

Tussilage ou Pas-d'âne

Le tussilage est une plante "pectorale" réputée mais qui contient des alcaloïdes. 

Propriétés : Le tussilage est antispasmodique, anti-inflammatoire, expectorant et antiseptique.

Récolte : Les fleurs avant qu'elles éclosent entre février et avril.

Santé :  Contre la toux sèche et la bronchite

En infusion, prenez une cuillère à café de fleurs pour une tasse. Laissez infuser 10 min. Passez à travers un linge afin d'éliminer les poils irritants pour la gorge. Buvez 2 à 3 tasses par jour.

Le goût désagréable peut être adouci avec une autre plante parfumée, menthe, réglisse...

Valériane ou Herbe aux chats

Propriétés : L'un des meilleurs sédatifs naturels ! La racine de Valériane est riche en valépotriates qui agissent directement sur le cerveau. C'est probablement pourquoi cette plante a un effet apaisant sur le système nerveux et relaxant sur les muscles.

Récolte : La racine récoltée à l'automne sur des plants âgés de 2 ou 3 ans. Séchée, elle se conserve mal.

Santé : Contre les troubles du sommeil

- En infusion, comptez une cuillère à café de rhizome par tasse. Laissez macérer 30 min à l'eau froide, puis portez à ébullition. stoppez le feu et laisser infuser 10 min. Buvez plusieurs tasses par jour, dont une dernière avant le coucher.

- En macération, placer 100 g de racine séchée dans 1/2 L d'alcool à 60° pendant 8 jours. Filtrez et prenez une cuillère à café au coucher.

Faites votre propre jardin médicinal

Que vous n'ayez qu'un petit coin de jardin à votre disposition, voire un petit mètre carré de balcon, ou que vous disposiez d'un grand terrain, vous pouvez cultiver vos herbes culinaires et vos plantes médicinales.

Cultiver des plantes médicinales peut être aussi simple que de mettre quelques semences de souci dans un pot rempli de terreau, qui trônera sur le balcon tout l'été, sans lui prodiguer d'autres soins que des arrosages réguliers.

Ou aussi complexe qu'une platebande très songée comprenant des dizaines d'espèces et qui exigera des soins continus. Le choix est aussi vaste que vos ambitions!

Remarque. La frontière entre herbe culinaire et plante médicinale étant très mince, voire complètement artificielle aux yeux de bien des herboristes, il sera question ici des unes et des autres, sans distinction. Ajouter une pincée de persil, de thym ou de basilic à ses aliments est d'ailleurs l'une des meilleures façons de profiter des vertus des plantes.

En pot

La plupart des annuelles se cultivent assez facilement en contenant : souci, basilic, persil, de même que certaines vivaces, particulièrement le romarin et la verveine citronnée, qui ne supportent pas nos hivers rigoureux et gagnent à être rempotés à l'automne, après leur séjour estival au jardin.

Pour la culture en pot, choisissez un terreau pour plantes d'intérieur du commerce, ou composez le vôtre avec, en parts égales, du compost (de fumier de mouton ou de crevette), de la mousse de tourbe (ou, si vous en avez, du terreau de feuilles) et de la vermiculite. 

Remplissez le pot, arrosez abondamment, laissez reposer une heure ou deux, puis transplantez vos plants. Ne négligez pas l'arrosage des plantes en contenant, surtout si elles sont exposées au vent desséchant de l'été ou à la chaleur sèche du système de chauffage.

En platebande, dans la cour ou le jardin

En plus de l'échinacée, de l'achillée millefeuille, du millepertuis, de l'ortie, de la mélisse, du souci et du stévia, dont nous vous proposons les modes de culture ci-dessous, vous pouvez cultiver au jardin plusieurs variétés de sauge, de menthe, de thym, sans compter les nombreux basilics, qui présentent des formes, des couleurs et des saveurs multiples. Pensez, par exemple, à la sauge lyrata, dont le cultivar "Purple Vulcano' est d'une splendeur inouïe ou à la sauge rituelle (Salvia apiana) dont se servaient traditionnellement les Amérindiens pour « purifier » leurs habitations. Ou aux diverses menthes présentant des saveurs de pomme, de citron, de baies, de lime, de banane, de gingembre, de pamplemousse, ou, restons simples, de... menthe poivrée.

Que faut-il planter ?

Voici quelques exemples de plantes à faire pousser, ainsi que leurs propriétés. Choisissez les plantes que vous souhaitez planter en fonction des propriétés thérapeutiques que vous recherchez.

  • La camomille romaine : les fleurs de cette plante sont conseillées dans les cas de digestion difficile grâce à ses effets antispasmodiques (lutte contre les spasmes musculaires). Elles seront également utiles contres les nausées, règles douloureuses et migraines.

  • La lavande est reconnue pour être utile contre l’anxiété, les insomnies et la nervosité, comme on l’a vu plus haut. Seules les fleurs se récoltent.

  • La menthe verte favorisera la digestion, tout comme le fait la verveine, et calmera ballonnements et nausées. Récoltez uniquement les feuilles.

  • Les feuilles de sauge, consommées en infusion, sont également connues pour soigner les rhumes. Les feuilles fraîches ou séchées seront tout aussi efficaces contre les odeurs de transpiration.

  • La mélisse (Melissa officinalis). Cette plante vivace requiert un emplacement ensoleillé ou à mi-ombre. Elle nécessite une protection hivernale dans notre région. Cultivar recommandé

  • L'achillée millefeuille (Achillea millefolium). On cultive cette vivace en plein soleil, dans un sol légèrement acide. C'est l'achillée à fleurs blanches qui reste la plus riche en principes actifs.

  • Le millepertuis (Hypericum perforatum). On retrouve cette vivace en bordure des chemins de campagne. Attention aux interactions avec certains médicaments et à la photosensibilité que le millepertuis peut provoquer.

  • L'échinacée (Echinacea purpurea). Plante vivace qu'on installe en plein soleil dans une terre riche en humus et qui s'égoutte bien. Ce sont les racines des plantes de trois ans que l'on préfère utiliser en herboristerie, nien que les feuilles et les graines soient aussi parfois employées. L'année de la récolte, il faut couper les fleurs pendant l'été.

  • L'ortie (Urtica dioica). Elle aime le soleil ou la mi-ombre et a besoin d'un bon apport de compost. À noter que, une fois établie, elle se ressèmera d'elle-même sans la moindre difficulté. D'une manière ou d'une autre, il faut la mettre dans une section à part, car elle est très envahissante.

  • Le souci (Calendula officinalis) :

    Désignée « plante médicinale de l'année » par la International Herb Association, cette jolie plante aux fleurs jaunes et orangées se cultive très facilement et réjouit l'œil autant qu'elle adoucit les bobos des petits et des grands. On peut acheter des semences ou des plants dans les jardineries.

    Récoltez les fleurs au fur et à mesure qu'elles s'épanouissent; les plants continueront ainsi de produire tout au long de l'été et jusque tard l'automne. Si vous laissez monter quelques plants, vous pourrez également récolter les semences. On fait sécher les pétales sur un grillage avant de les utiliser tels quels ou en teinture.

Mélisse

Millepertuis

Echinacée

Souci

 

Camomille romaine

La récolte de ces plantes n’a lieu que quand les parties utiles sont fraîches, c’est à dire à peine ouvertes ou encore bien vertes. Une fois récoltées, faites sécher les fleurs et les feuilles dans un endroit sec et bien aéré. Toutes les plantes citées ci-dessus se consomment en infusion, en eau frémissante non bouillante, pour conserver toutes les vertus des plantes.

Bien entendu, cultiver des plantes médicinales doit se faire sans oublier que leur consommation est équivalente à un médicament. Il ne faut donc pas en abuser, et se rappeler que pour tout mal persistant il convient de consulter un médecin.

Liste des entreprises

Culture de plantes à épices, aromatiques, médicinales et pharmaceutiques dans Cantal 

GRANGE AMELIE Les cueillettes de l’Amélie
    2 rue Cap del Lioc
    15800 Vic sur Cère

tél. : 06 51 10 86 25

site : http://www.lescueillettesdamelie.com/

BENARD CEDRIC - CLAUDE MICHEL

Les Cottes

15380 Moussages

 

BISSON DROUOT AURELIE

Conrut

15200 Le Vigean

 

RIQUET VINCENT

Chabannes

15500 Massiac

 

GORNALL NICHOLAS JAMES

Le Theil

15140 Saint Martin Valmeroux

 

ROBERT NICOLAS

Les Pecharou

15400 Saint Etienne de Chomeil

 

SOULIER FABIENNE

Salvhanac

15800 Vic sur Cère